Page 15 sur 15

Re: Candaulisme vs fécondation ?

MessagePosté: Sam 7 Jan 2017 22:03
par cocufieur39
Merci de vos témoignages et bonne année 2017 à tous

Re: Candaulisme vs fécondation ?

MessagePosté: Ven 20 Jan 2017 12:19
par gerontophil

j'ai eu un peu le meme parcours; ma premiere fiancée ma fait cocu avec mon meilleur ami le lendemain du soir ou je quittais le statut de puceau; mon ex femme m'a fait cocu dés le début de notre relation mais je ne l'ai su qu'un an apres notre mariage, et apres la naissance de notre (son) premier enfant ; puis elle m a fait cocu ouvertement et j'ai meme assisté à sa seconde fécondation; elle m'a quitée definitivement pour un de ses amants meme s il y avait eu plusieurs fois ou elle était déjà partie puis revenue.

Re: Candaulisme vs fécondation ?

MessagePosté: Sam 11 Fév 2017 19:22
par sway4fun


Tu sais, je prends le temps de vous raconter le bon côté des choses parce que pour moi c'est ce côté là qui en vaut la chandelle mais il y a aussi des moments difficiles dont je ne parle pas forcément. Evidémment tout est toujours subjectif mais faisant suite à ma propre expérience, pour peu qu'on soit sensible je trouve qu'il faut avoir le coeur bien accroché quand on partage sa femme avec un autre homme. Pour ceux qui aiment bien me lire, je vais prendre l'exemple de la première fois où j'ai été présent pendant leurs ébats. Je précise que c'est ma femme qui a demandé à ce que je reste avec eux cette fois ci car elle avait trouvé ça un peu glauque la fois précédente que j'attende dans mon coin pendant qu'ils prennaient du bon temps. Pour mémoire les deux premières fois elle avait voulu être seule avec lui malgré mon insistance.

Donc dans les faits, c'était fin aout dernier, après une soirée agréable au cours de laquelle nous nous sommes employés de façon complice lui et moi à charmer et faire rire mon épouse, nous avons fini par nous retrouver tous les trois dans le lit. Celle-ci s'étant positionnée entre nous deux, j'étais pour ma part resté dans l'esprit de complicité qui avait animé la soirée ; je crois naïvement que je m'étais imaginé que ça allait se dérouler un peu façon plan à trois je pense. Après que nous ayons échangé quelques phrases potaches toujours dans la bonne humeur, ils ont commencé à s'embrasser et le silence s'est fait. Jusque là tout va bien, c'était la première fois que je voyais un couple se câliner nus devant moi, première fois aussi que je voyais un autre homme toucher ouvertement le corps de ma femme dans la perspective de coucher avec elle... il en prennait possession, elle s'offrait complètement à lui, c'était très excitant de les regarder faire. Petit à petit leurs baisers se sont fait plus appuyés et plus langoureux puis se sont rajoutés des enlassements au cours desquels ils se sont beaucoup caressés. Ce qui m'a frappé c'est que pendant toute la durée des préliminaires elle n'a quasiment pas lâché sa queue des mains. On aurait dit qu'elle tenait un gros épi de maïs, sa main était trop petite pour en faire le tour. Certes la position n'était pas toujours pratique, mais passant d'une main à l'autre elle arrivait à la tenir comme si elle avait peur que celle-ci ne lui échappe. De temps à autres, elle le masturbait délicatement d'une façon naturelle et instinctive sans aller jusqu'à le décaloter complètement. Je dois reconnaitre que le sexe de mon copain - que je découvrais de visu à l'occasion - est vraiment imposant, il est massif et gonflé comme si on avait soufflé dedant. Il bandait comme un âne, c'était très impressionnant et je peux comprendre l'effet d'excitation que cela peut produire sur une femme qui a envie.

Quoi qu'il en soit c'est elle qui lui a fait comprendre que le moment était venu de passer à l'étape suivante en lui demandant d'attraper un des préservatifs qu'il avait amené et qu'il lui a immédiatement tendu. Elle le lui a enfilé un peu maladroitement, puis une fois que c'était fait, il est tout de suite venu s'installer sur elle dans la position du missionnaire. Invité à pénétrer ma femme qui de la main a guidé son sexe vers l'entrée de son vagin, il est alors entré en elle tout doucement, centimètre après centimètre jusqu'à y être quasiment complètement. Une fois en elle il a entrepris quelques va et vient très lents jusqu'à ce que ça coulisse bien mais il n'y avait pas de problème, elle mouillait visiblement beaucoup. Ensuite... ensuite ben ils se sont mis à baiser. Je les ai regardé faire depuis le bord du lit sans qu'ils ne me calculent, pas une fois ma femme ne m'a regardé ou fait un geste envers moi, j'avais l'impression d'être complètement transparent. Leur câlin - que j'ai trouvé plutot sportif en comparaison des miens - a duré une bonne demi-heure au cours de laquelle il lui a donné 3 orgasmes. Quand ils se sont désunis et que je pensais que ma femme allait vouloir me retrouver un peu, que j'espérais que ça allait être notre tour de nous câliner après un petit temps de récupération pour elle, non seulement elle était fatiguée et m'a demandé si je ne préférais pas qu'elle me fasse à la main ... génial :-/ ... mais en plus je n'ai pu la pénétrer que 2 minutes parce qu'elle était irritée. Evidemment elle n'a pris aucun plaisir avec moi, forcément elle ne sentait plus rien, moi je ne sentais pas grand chose tellement je flottais mais comme je n'en pouvais plus ce fut rapide... Bref, déjà que j'avais eu le sentiment d'avoir été transparent, là j'ai vraiment eu l'impression qu'on avait fini par m'accorder l'aumone. Bon ok, il faut bien que leurs grosses envies s'apaisent mais mon ressenti fût qu'il n'y avait clairement pas de place pour moi. Certes, par la suite elle m'a expliqué qu'elle m'avait volontairement zappé parce que m'être infidèle sous mon nez lui aurait coupé ses moyens et qu'ensuite elle avait été mal à l'aise... mouais... En tout cas depuis on s'organise différement, je leurs ai dit que je préférais que ça se passe autrement et comme ils ne mettent plus de préservatif elle n'est plus irritée. Tout ça fait que les fois suivantes se sont mieux déroulées mais il n'en demeure pas moins que sur le moment j'en avais gros sur le coeur comme si ma femme n'était plus ma femme mais la sienne. Je vous avoue que ça m'a travaillé et une fois qu'il est parti je me suis consolé en me disant qu'elle était en train de s'endormir à côté de moi et qu'il l'avait peut-être fait jouir mais que c'était mon sperme à moi qu'elle conservait au chaud dans le fond de son ventre. De toute façon au cours des jours qui ont suivi, le bobo s'est estompé, je me suis un peu fait à l'idée de devoir me faire tout petit quand il est là et j'ai rapidement eu envie qu'ils remettent ça.

De la simple pointe au coeur qu'on arrive à zapper rapidement jusqu'au comportement qu'on a du mal à digérer, qui donne la boule au ventre ou qui fait cogiter toute la journée, des trucs qui font mal il y en a plein. Fonctionner à trois avec des conceptions et des façons de faire de couples sans que l'un des deux hommes ne se sente mis sur la touche et soit contraint de tenir la chandelle n'est pas évident. D'ailleurs tout ça m'inspire une réflexion sur le fait qu'il faut quand même être un peu maso pour s'engager dans ce genre d'aventure si on n'est pas capable de ne s'en tenir qu'au côté ludique ainsi qu'au plaisir qu'on offre à sa femme tout en faisant abstraction de soi-même , le tout sans se poser de question existentielle sur son couple. Je ne crois pas que cela ne vienne que d'un problème de ressenti du à la trop grande sensibilité du mari car il y a quand même les conséquences possibles : je viens de lire dans les précédents posts que certains ont même perdu leur femme partie avec l'amant. Quand on lit ça, c'est à juste titre qu'on peut s'inquiéter, cela ne relève plus du registre émotionnel, vous en conviendrez. Sur le fond, il est vraiment triste à mourir d'en arriver là car pour moi, offrir sa femme à un autre homme (ou plutôt offrir un autre homme à sa femme), c'est lui offrir l'expérience d'être courtisée, désirée et possédée par un autre que soi sans qu'en théorie cela ne remette en cause le couple... c'est lui faire cadeau des plaisirs de la chaire qu'interdit normalement le mariage et la fidélité. A mes yeux c'est donc aussi un témoignage d'amour, d'admiration et de confiance en elle (et en l'amant), charge à elle/eux de faire sorte que tout le monde ait et conserve sa place. Alors certes si ça dérappe, je ne doute pas que les maris malheureux assument et se soient fait une raison, par la force je ferais de même si cela m'arrivait. Je rajouterais aussi qu'aller au bout des choses quand on en a vraiment envie fait qu'au moins on vit pleinement ; en tout cas moi je n'ai jamais vraiment regretté mes mauvaises expériences pour cette raison là. Donc heureusement que la philosophie permet d'atténuer bobos ou les blessures mais au fil de ma réflexion, je fini par tout de même me demander si vouloir offrir du plaisir à l'autre + l'excitation sexuelle qui en découle pour tout le monde justifient vraiment à eux seuls les douleurs que s'inflige un mari qui offre sa femme ? De plus si on se souvient que ma femme ne trouvait rien de séduisant chez mon ami à la base avant qu'il ne se comporte en coq de bascours, des fois je me demande s'il n'y a pas notamment chez elle comme chez moi - peut être plus généralement chez les êtres humains - la résurgence d'un effet de soumission instinctif et grégaire, genre soumission au mâle alpha comme chez les loups ?

Ce qui me fait me demander ça, c'est le paradoxe que je vis à l'occasion de cette expérience. C'est que je ne pense pas être une lopette, ça ne m'excite pas du tout d'être humilié ou soumi, j'ai plutot un caractère fort dans la vie, et de toute façon mon copain n'a jamais cherché à me soumettre ou m'humilier, c'est clairement et uniquement le derrière de ma femme qui l'intéresse. Or à ce propos je dois bien reconnaitre que quelque part ça ne me déplait pas qu'il prenne ce rôle de "mâle dominant" quand il vient, qu'il prenne ma place et qu'il se charge notamment de la sauter. Je dois bien avouer que son assurance et les libertés qu'il s'accorde avec nous (et surtout avec elle) ont quelque chose d'envoutant qui me donne envie de le laisser faire... et c'est justement cela que j'ai du mal à m'expliquer. Que ma femme qui a également du tempérament se montre soumise peut se comprendre par le fait qu'elle soit sous son charme mais moi ? Je me répète mais j'aime par exemple quand il ne se gêne pas pour regarder ouvertement ses jambes quand elle porte une jupe alors qu'auparavant j'aurais trouvé vraiment déplacé qu'un homme se permette ce genre de choses, qui plus est un de mes amis... comment expliquer ce changement en moi ? J'aime aussi quand il la taquine verbalement et qu'il se comporte de façon macho. J'aime quand il la colle, qu'il l'attrape par exemple par les hanches pour chahuter et qu'il la pelotte comme s'il était en terrain conquis sans aucun égard pour moi. J'aime voir à travers son pantalon qu'il est en érection comme souvent à ces occasions ; dans ces moments là je voudrais qu'il plaque ma femme contre un mur, qu'il retrousse sa jupe et qu'il aille jusqu'au bout de sa démarche en la baisant sans ménagement devant moi. D'ailleurs même la façon qu'il a de la prendre au lit me plait : s'agissant de moi j'ai plus le sentiment de faire l'amour à ma femme, c'est à dire que même quand c'est chaud comme j'ai pu vous le raconter dans d'autres posts, ma façon de faire s'inscrit dans le cadre des sentiments que j'ai pour elle ; quelque part, je réalise en les voyant faire que ça me limite sous certains aspects. Contrairement à lui, moi je n'ose pas en plein câlin dire à ma femme "mais qu'est ce que t'es bonne toi" ou alors "elle est délicieuse ta chatte, j'en peux plus, j'ai envie de me vider les couilles dedans" ... franchement je n'arrive même pas à concevoir qu'il puisse ne serait-ce qu'oser avoir ce genre de paroles avec la femme d'un de ses amis ! Au delà des mots crus lui ne s'embarasse pas de sentiment, c'est nettement plus physique, plus charnel, plus animal qu'avec moi on va dire... et ma femme adore ça !!! Il faut voir la façon qu'elle a de relever son bassin quand il la retourne sur le ventre, comme si elle lui disait "aller vient vite me prendre, j'en peux plus, j'ai besoin de sentir ta queue en moi". Il faut voir aussi l'expression de plaisir qu'affiche son visage quand elle ferme les yeux et se mord les lèvres en s'accrochant aux draps quand il la besogne... ce genre de truc n'arrive jamais avec moi ; elle jouit bien sur, mais pas de la même façon, je ne la reconnais plus quand elle est avec lui ou plutôt je ne la connaissais pas comme ça. Je ne pense pas qu'elle fasse semblant car malgré sa façon virile de faire, il a plein d'égards envers elle. Il sait la séduire en la faisant rire, lui raconter des histoires, lui ramener des fleurs comme à Noël, que des trucs basics mais qui ont de l'effet sur elle et qui lui donne envie de sexe, envie qui se concrétise d'une façon essentiellement physique et sensuelle mais sans tendresse : moi je lui fais l'amour, eux ils s'accouplent ! Il assure niveau mesurations, endurance, nombre de positions (la taille de son machin le lui permet), nombre d'orgasmes donnés, éjaculation... je dois bien reconnaître que dans ce registre il sait y faire : il est peut-être bourru mais il la baise comme il faut et quelque part je suis admiratif (et un peu envieux et même jaloux). Je pense qu'en se comportant de façon très masculine, il provoque en retour que ma femme se sente très feminine (pour ne pas dire très "femelle"). Comme en plus de tout ça il reste détaché et un peu mystèrieux sur sa propre vie, quelque part ça la captive et la stimule. En tout cas elle aime sa façon de faire et vu les orgasmes qu'il lui donne, à mes yeux il gagne quelque part le droit d'être son amant quitte à lui remplir le ventre à ma place les soirs où il vient.

Bon je vous (me) rassure, si soumission il y a, elle n'est qu'occasionnelle même si récurrente. Si on fait les comptes, ils ont couchés ensembles moins d'une fois par mois depuis l'été dernier, ce n'est donc qu'une suspension limitée de ma position d'homme. Au final le comportement de ma femme envers moi n'a pas vraiment changé non plus, peut être que nous faisons un peu moins de câlins parce qu'après chaque fois avec lui elle est moins demandeuse pendant quelques jours, mais ce n'est pas très sensible. Le plus gros changement pour moi n'est pas baisse des sensations due à la dilatation de son vagin que je craignais avant de m'embarquer dans cette aventure (quoi que...), mais c'est de savoir qu'il existe, que je dois accepter le fait de ne plus être le centre exclusif de la vie sexuelle de ma femme. Je ne suis plus le seul à lui donner du plaisir, il lui apporte ou fait découvrir des choses que je ne peux pas lui apporter moi, parfois elle a envie de lui et du coup elle se fait belle pour le séduire lui et plus moi. Elle se comporte un peu comme une adolescente excitée dans ces moments là, elle est conquise. Du coup elle en devient maladroite envers moi comme je vous racontais plus haut mais même si ça fait bobo, je lui pardonne évidemment. Certes, si ma femme voyait tout ce que je vous dis là, elle me dirait surement que je délire et que c'est moi qu'elle aime, qu'avec lui ce n'est que du sexe pour le plaisir, que ça ne compte pas et ne change rien... Elle n'a pas tort 95% du temps mais c'est faux les 5% restants quand c'est lui qui occupe son esprit. Comme je vous l'ai dit, j'accepte et ça me plait qu'il devienne le mâle dominant ces 5% du temps ; maintenant si cette théorie sur la soumission s'avère vraie, la question que je me pose pour en revenir au sujet de la fécondation, c'est jusqu'où peut aller cette soumission durant ces fameux 5% du temps ?

En début de semaine dernière, c'était la période d'ovulation de ma femme. La veille au soir du jour J, on a fait comme il se doit des câlins. Tout en lui faisant l'amour je n'arrêtais pas de penser à eux deux en train de baiser, je repassais certaines séquences dans ma tête ce qui m'excite toujours autant. Dans le feu de l'action je n'ai pas pu m'empêcher de commencer à lui parler de mon copain. Elle a beau dire qu'elle ne veut pas tomber enceinte de lui, je suis certain qu'au fond d'elle ça la travaille tout comme ça me travaille moi, j'en suis quasi sur. Le coeur palpitant, prenant mon courage à deux mains, je lui ai d'abord demandé si ça avait été bon la dernière fois avec lui, si ça lui disait toujours de remettre ça une fois prochaine. Le "ben oui" qu'elle m'a immédiatement répondu tel une évidence m'a encouragé à continuer. J'ai alors poursuivi en lui demandant si ça lui plairait que le mois prochain, la veille de son ovulation comme ce soir, on l'invite ? Sa réponse n'a pas été aussi rapide mais le "peut-être" qu'elle a fini par lâché, bien qu'un peu timide, voulait sûrement dire oui et ce d'autant plus qu'elle fermait maintenant les yeux, qu'elle avait remonté ses cuisses comme pour mieux sentir ma pénétration (ou être pénétrée plus profondément) et qu'elle s'était mise aussi à beaucoup mouiller... mmhhh c'est vrai qu'elle est trop bonne ma petite femme, je suis gâté et j'en ai conscience. De mon côté, j'avais toujours en tête les images d'elle en train de jouir sous les assauts puissants de son amant et celles du sperme dégoulinant quand une fois sa mission accomplie, ils se désaccouplent et qu'il retire sa grosse queue de la chatte déformée et laissée béante de ma femme. Je n'en pouvais déjà plus mais j'ai quand même trouvé la force de me retenir et de lui dire "tu te souviens de sa proposition, est-ce ce que tu voudrais que ça soit moi qui lui demande officiellement de nous aider ?"... ces paroles furent la goutte d'eau qui a fait déborder le vase car en guise de réponse, elle s'est mise à jouir et je n'ai pas pu m'empêcher de l'accompagner. Voilà, je ne sais pas comment interpréter les choses mais si encore une fois elle ne tombe pas enceinte de moi cette fois-ci, je crois que j'ai vraiment envie que la prochaine fois elle essaye avec lui.

:roll:

Re: Candaulisme vs fécondation ?

MessagePosté: Dim 12 Fév 2017 15:02
par gerontophil

tins nous au courant

Re: Candaulisme vs fécondation ?

MessagePosté: Lun 13 Fév 2017 13:55
par hbreton56
Quel texte, bien écrit et oui qui contient toutes les craintes et l'excitation de cette pratique