Sophie, Sophie, Sophie

La première fois, les fois improvisés, les expériences candaulistes insolites que vous avez vécus, ou même vos fantasmes pas encore réalisés.

Sophie, Sophie, Sophie

Messagepar fifou78250 » Jeu 22 Avr 2021 08:01

Bonjour à tous.
Je vais donc vous raconter le nouvelle vie de Sophie, toujours très avide de sexe mais canalisée par mes soins.
J e passas quand même le nuit à réfléchir et le lendemain matin, j'appelais Gérard.
Moi -Salut mon Gégé.
Gérard -oh mon Olive, vas-y dis moi comment va ta Princesse.
Je lui raconta la virée de Sophie.
Moi -je ne veux plus qu'il l'embête, elle veux vivre avec moi, mais elle vit dans la hantise de ce mec, toi qui connait du monde, on ne peux pas lui foutre la trouille une bonne fois pour toute ?
Gérard -si, j'ai quelques potes qui me sont redevables, j'ai juste besoin de son nom et plus jamais elle n'entendra parler de lui, par contre il faut absolument qu'elle change de numéro de téléphone.
Moi -je m'en occupe de ça, dis moi quand ce sera fait et combien ça va me couter.
Gérard -arrêtes de parler argent entre nous, je prendrais juste Sophie quand elle en aura envie si cela ne te dérange pas.
Moi -non, tu as tellement fait pour moi et j'ai envie de la voir baiser, elle est chaude en ce moment mais je la préserve encore un peu.
Gérard -tu as raison, prends soin d'elle et de toi, je te tiens au courant.
Sophie se réveillait.
Sophie -coucou Chéri, tu parlais avec qui ?
Moi -Gégé, tu vas être tranquille, il va s'occuper de ton ours, par contre, il faut que tu changes de numéro.
Sophie -génial, je vais revivre sans cette hantise de le revoir, je vais être à toi entièrement, tiens, cadeaux.
Il y en avait 3 des cadeaux, j'ouvris le 1er, c'était un médaillon en or avec écrit dessus je t'aime. cela m'émeut beaucoup et les larmes me sont montés aux yeux.
Sophie -mon Chéri verse une larme, tu m'attendris, tu sais.
Moi -ce n'est qu'une mini larme, ça compte même pas.
Sophie -si, beaucoup pour moi.
J'ouvris le 2eme et je découvris un string en cuir avec des rivet partout.
Sophie -celui-là est réservé pour ma pomme, tu le mettras que quand je serais sur que tu restes à la maison.
Moi -promis Chérie.
En enfin, j'ouvris le dernier, c'était un énorme gode.
Sophie -c'est pour nous, je veux que tu puisses me faire jouir en me godant, je l'ai pris gros exprès pour bien le sentir.
Moi -hum, il va servir aujourd'hui mon Amour, mais il faut qu'on aille à Paris chercher ta voiture, déjà que cela va couter un bras de la sortir du parking, et tu vas en avoir besoin cette semaine.
Sophie -pas tant que ça.
Moi -je ne suis pas rester les 2 pieds dans le même sabot, ta société va exister dans pas longtemps, tu vas avoir des démarches à faire.
Sophie -et toi, tu me dis ça comme ça, l'air de rien, mais je suis contente, tu peux pas savoir.
Moi -oui, donc, on s'habille et on file, je t'invite au resto ce midi, fais toi belle, et je t'annonce aussi que Gégé m'a demandé quand pourra t-il à nouveau te baiser ?
Sophie -je préfère encore attendre un peu.
Moi -tu le fera le jour ou je serai bien excité, que tu m'auras bien allumés, ça te va ?
Sophie -oui, je te laisse aux commandes.
Sophie mit sa robe léopard avec son string, sans soutif et des escarpins hauts.
Sophie -je te plais comme ça.
Moi -oui, énormément.
Sur la route, je recevais un appel de phare des que je doublais un camion et je le dis à Sophie.
Sophie -hum, je vais remonter encore un peu ma robe pour t'exciter encore un peu plus.
Moi -fais attention que je m'arrête pas quand même.
Sophie -même si tu t'arrêtes, je le suce et on repart, je ne veux pas qu'on me touche.
Moi -cela va être compliqué de te faire redevenir comme avant.
Sophie -oui, je ne suis obnubilé que par toi.
Moi -pas cette semaine mais l'autre, il y aura un peintre à la maison pour refaire le chambre qui va devenir ton atelier de couture.
Sophie -tu condamnes la chambre d'amis ?
Moi -oui, je préfère te savoir à la maison.
Sophie -ca me plais cette décision.
On arriva à Paris et je lui dis.
Moi -on déjeune et on rentre, je veux profiter de toi un peu, je t'emmène dans le resto libertin ce midi.
Sophie -ah bon, je ne fais rien, je te préviens.
Moi -qui t'a parlé de faire quelque chose, j'ai envie de sentir le regard des hommes sur toi, c'est tout.
Sophie -hum, tu es toujours autant acharné de voyeurisme, as-tu eu des nouvelles des voyeurs ?
Moi -non, je ne suis pas allé les saluer et toi ?
Sophie -2 ou 3 fois, Fred m'a envoyé des textos, mais je n'ai pas répondu.
Moi -comme à personne d'ailleurs.
Sophie -oui, je sais.
On s'installa à une table en terrasse.
Il y avait pas mal de monde dont quelques homme isolés qui dès notre arrivée matèrent Sophie.
Sophie -tu veux que je te dis, je me sens un peu gênée mais très excitée en même temps.
Moi -profites Chérie.
Le serveur nous reconnut et nous salua en prenant notre commande.
Lui -il y a Monsieur Alain qui m'a demandé un fois ou deux si je vous avais revu ?
Moi -il y a longtemps ?
Lui -une quinzaine de jours, mais il devrait être là ce midi, il a réservé.
Moi -ok.
Sophie -je ne baise pas avec lui, je te préviens de suite.
Moi -il n'en est pas question, mais qu'il te mate un peu avec envie, hum.
Sophie -ça, je veux bien et fais gaffe, si tu me chauffes va falloir éteindre le feu en rentrant.
Moi -avec plaisir.
Nous venions de débuter à manger quand Alain arriva, il vint directement nous saluer.
Alain -des revenants, il y a des mois que je ne vous ai pas vu.
Moi -on a fait une pause.
Alain -en tout cas, ravi de vous revoir surtout Sophie.
Moi -je me dote que ce n'est pas pour moi.
Alain -je peux m'installer avec vous ?
Moi -assieds-toi.
Alain commanda une bouteille de champagne mais on y toucha pas, ni Sophie, ni moi.
Il s'était, bien entendu assis du côté de Sophie ce qui ne me plaisait pas car cela cachait la vue aux autres hommes.
Alain ne put s'empêcher au bout de 10 minutes de mettre sa main sur les cuisses de Sophie, je fis un signe à Sophie de laisser faire, j'ai vu que cela lui plaisait qu'à moitié mais fallait que j'arrive à la remotiver.
On parla un peu de sexe avec Alain tout en déjeunant, Sophie était pas trop à l'aise mais nous écoutait sans rien dire.
Alain -tu n'est pas bien bavarde, Sophie.
Sophie -je vous écoute, je n'ai rien à dire c'est tout.
Alain -tu était plus chaude avant.
Sophie -oui, mais c'était avant, je deviens sérieuse.
Alain -tu es habillée drôlement sexy si tu deviens sérieuse.
Sophie -c'est pour mon mari, je veux lui plaire tout le temps.
Alain -tu me plais aussi même plus qu'avant et je me laisserai bien faire par toi.
Sophie -je sais et vu les regards des hommes dans la salle, je pourrai me faire sauter autant de fois que je veux.
Alain -je m'en fous des autres, je parle de moi, et si tu es sérieuse pourquoi tu te laisse caresser les cuisses ?
Sophie -pour faire plaisir à Olivier, cela l'excite.
Alain -tu veux que j'enlève ma main.
Sophie -je n'ai pas dis ça.
Alain -offres-moi en un peu plus.
Sophie -quel genre.
Alain -un bonne fellation.
Sophie -non et de toutes façons, personne ne me touche en ce moment à part Olivier.
Alain -je ne parle pas de te toucher.
Sophie -et même si tu en parlais, je refuserais.
Alain -donc, tu ne veux pas me sucer ?
Sophie -franchement non.
Alain n'insista pas mais laissa sa main sur ses cuisses, moi si elle avait dis oui, je l'aurai laisser faire je pense.
Alain -olivier, toi qui a le pouvoir de la dissuader, aide-moi.
Moi -si elle ne veux pas, je ne la forcerais pas, même si au fond de moi, cela me plairait.
Sophie -ça mon Chéri, je savais que tu prêcherais dans ce sens, mais j'aime bien que tu ne me forces pas à la faire.
Nous quittâmes le resto vers 14h30 et direction Pigalle pour chercher sa voiture.
Sophie -tu aurais voulu que je le suce sincèrement ?
Moi -oui, sincèrement.
Sophie -fallait me forcer la main Chéri.
Moi -non, les choses se feront naturellement, laissons le temps faire.
Sophie -ca ne me plais pas, tu dois te sentir lésé et je ne veux pas, je veux te voir heureux, viens on y retourne.
Moi -non, le jour ou tu sentiras que tu peux refaire ces choses là, je t'emmènerai baiser partout, mais surtout, ne force pas les choses.
Sophie -d'accord mon Amour.
Les voitures étaient à la maison et Sophie nous prépara un bon café.
Mon téléphone bipa.
Mimi -coucou les amoureux, on fait un barbecue samedi soir, on compte sur vous.
Je dis cela à Sophie.
Sophie -je ne sais pas, j'ai peur que les gens me jugent.
Moi -je ne te force pas mais réfléchis et dis le moi dans la semaine.
Sophie -je te dis ça mardi soir, comment ça se fait que tu ne sois pas encore en string.
En moins de deux, je me présentais devant elle dans le tenue désirée avec le string qu'elle m'avait offert.
Sophie -hum et tu bandes déjà, j'adore.
Je lui fis l'amour, elle me donna encore beaucoup et orgasma en regrettant de ne pas avoir sucer Alain.
Puis je pris le gode et lui fit donner encore et encore.
Sophie -très bien ce gode, il me procure beaucoup de plaisir, je vais te faire jouir maintenant, dis-moi comment avec mes mains ou avec ma bouche.
Moi -j'ai envie de me branler devant toi comme avant.
Sophie -je n'osais pas te le demander, j'adore ça quand tu te branles.
Moi -demandes-moi tout ce que tu veux, si je peux, je te donne.
Sophie -arrêtes de parler et branles toi sinon tes fesses pourrait de nouveau morfler.
Moi -hum, oui, y'a longtemps, le martinet est dans un tiroir dans la chambre, vas le chercher et cognes mes fesses.
Sophie -tu vas morfler Chéri, j'ai une réelle envie de ça.
Elle ne s'était pas trompée, elle mis mes fesses dans un état mais je jouis sur son visage une nouvelle fois.
Sophie -j'adore te frapper quand tu es excité comme ça, regardes tu m'en as mis partout.
Moi -oui, tu vois, ça revient tes désirs, la seule chose, dis le moi que t'as envie de ça.
Sophie -oui, promis.
Nous finissions la soirée en se cajolant devant la télé.
Dans la semaine qui suivit, Sophie changea de numéro, alla à la chambre des métiers et accepta l'invitation à Mimi.
Le vendredi soir devant une coupe de champagne.
Moi -ton dossier pour ta société est prêt, il manque juste le nom.
Sophie -alors là, j'en ai aucune idée.
Moi -tu as le week-end pour trouver et lundi, tu as ton stage de gestion.
Sophie -parfait, mais tu cherches aussi pour le nom.
Moi -oui, j'ai déjà une idée, au fait demain, nous sommes 7 demain soir chez Mimi.
Sophie -tu sais qui ?
Moi -Mimi, Diane sa sœur, Pascal, Gérard, Claude un ami à Pascal et nous 2.
Sophie -je suis angoissée, tu peux pas savoir.
Moi -t'inquiète pas, et surtout fais-toi belle, je veux une bombe atomique avec moi.
Sophie -oui, j'ai mon idée aussi là-dessus et toi tu mets ma belle chemise.
Moi -oui, avec un short habillé, ca te va ?
Sophie -tu mets un string, je le veux.
Moi -tu auras alors.
Nous passâmes une partie de la journée du samedi a débarrasser la chambre d'amis, le peintre arrivant le lundi.
Comme elle était en tenue très décontractée, je la chauffa toute la journée en passant mes mains partout sur elle et en l'embrassant à tour de bras.
Sophie -quand je pense que j'ai failli briser tout ça, quelle idiote j'ai été.
Moi -n'y penses plus et profites de la vie.
Je passa à la douche avant elle.
Sophie -je ne veux aucun poil autour de ta queue, sinon c'est fessée Chéri.
Moi -pareil pour toi et en plus je veux que tu me fasses craquer comme jamais, appliques-toi.
Voila, j'étais rasé, parfumé et habillé.
Sophie -fais attention, ce soir je t'ai à l'œil avec Mimi tu me plais beaucoup.
Moi -ouvres bien tes yeux car sa sœur ne me déplait pas non plus.
Sophie -tu touches avec tes yeux.
Moi -je vais t'avoir aussi à l'œil, y'a Gégé et Pascal ce soir.
Sophie -Pascal pas trop mais j'ai toujours eu un faible pour Gérard, tu m'autorises à quoi ?
Moi -je vois que tu te sens de plus en plus prête à renouer avec le libertinage, j'aime quand tu me demandes ces choses-là.
Sophie -un tout petit peu mais Gérard, c'est pas pareil, alors réponds à ma question.
Moi -vu qu'on est pas seul, si tu peux, suces-le.
Sophie -d'accord, mais il est très long à jouir, tu le sais bien et s'il veux me prendre.
Moi -tu lui dis que tu ne te sens pas encore prête.
Sophie -oui, c'est bien comme ça.
Quand elle sortit de la chambre, elle avait mis un nouvelle robe que je ne connaissait pas. Cette robe était kaki, six bouton devant dont 3 ne servait à rien, très ouverte en haut et bien sur très très ouverte en bas.
Sophie -je ne fait pas trop provocatrice ?
Moi -tu es parfaite, j'aime beaucoup cette robe, tu as mis quoi en dessous ?
Sophie -tu as la soirée pour deviner, je me mettrais dans des positions ou tu pourras voir.
Moi -si je vois, les autres verront aussi.
Sophie -cela te déplait comme plan ?
Moi -non, pas du tout au contraire, viens m'embrasser.
Elle m'embrassa et bien sur mes mains passèrent sur son corps.
Sophie -pas touche sinon tu vas deviner mes dessous.
Une fois, la voiture garée.
Sophie -j'ai la boule au ventre.
Moi -allez Chérie.
En rentrant, Mimi tomba dans les bras de Sophie et elles se mirent à pleurer.
Alain -si ça ce n'est pas des retrouvailles, je n'y connais rien.
Puis Sophie serra fort Gérard dans ses bras et le remercia du fond de son cœur ce à quoi Gégé lui répondis que j'en valait la peine et que j'étais son ami.Elle fit la bise à tout le monde et sa boule au ventre lui passa rapidement.
Pascal servit l'apéro et Gérard parla.
Gérard -je lève mon verre à ce merveilleux couple qui se reforme, soyez heureux, vous le méritez.
Moi -merci à tous , je lève mon verre à notre amitié, et à ma Sophie celle sans qui, je vis très difficilement.
Sophie se leva.
Sophie -en venant ici, je ne m'attendais pas à un accueil si chaleureux, j'étais même angoissé, votre amitié l'a vite fait partir, bien sur je vous remercie tous mais c'est surtout à mon Chéri que je trinque..
Elle tomba en larmes. Je la prit dans mes bras et tous alors se mirent à nous applaudir. TRES EMOUVANT.
L'apéro coulait à flots, Sophie était à présent très décontracté et parlait beaucoup avec Mimi.
De temps en temps, elle s'asseyait face à moi et me provoquait en croisant et décroisant ses jambes, elle avait mis des dessous roses.
Je pris mon tel et lui textota.
Ils sont roses.
Je lui fis signe de prendre son tel pour le lire.
Bien sur, elle me répondis.
Sophie -oui, et c'est un dresse seins, plus pratique pour toi en rentrant.
Moi -hum.
Sophie -juste une chose, cela va t'exciter, pas mal du tout le pote à Pascal.
Moi -alors va parler un peu avec lui, tu vas me faire bander.
Sophie -je vais pas me gêner si je peux te faire bander.
Pascal me demanda un coup de main pour la grillade et j'accepta.
D'un seul coup, je ne vis plus ni Sophie, ni Gégé.
Ils réapparurent environ un quart d'heure plus tard et Sophie me textota.
Sophie -je l'ai sucé mais il n'a pas jouit, il veux me baiser après la soirée chez nous.
Moi -tu en as envie.
Sophie -un peu mais c'est toi que je veux surtout.
Moi -Surtout, ne forces pas les choses, tu es encore fragile.
Sophie -mais je veux tellement te faire plaisir.
Moi -tu es avec moi, c'est le plus important, on verra en fin de soirée et doucement sur les bulles.
Sophie -oui, promis je vais discuter un peu avec Claude.
Moi -hum.
En fin de repas, j'annonçais la prochaine ouverture de la société à Sophie. Approbation générale.
Ensuite, je passa une bonne demi heure à parler avec Diane.
Sophie -fais gaffe, je te vois Chéri.
Moi -je sais mais je mate ses seins.
Sophie -vas-y continue et tu vas voir comment je vais finir la soirée.
Plus tard dans la soirée, Sophie se mit à parler avec Mimi.
Mimi -trop contente de te retrouver me Sophie.
Sophie -je vois ça mais moi aussi, je commence à me retrouver, Olivier fait tout ce qu'il peut pour ça.
Mimi -oui, gardes-le, car même quand tu étais partie, il ne vivait que pour toi, on a essayé de le sortir de sa turpitude mais il s'est refermé sur lui-même.
Sophie -je te promet que plus jamais je le laisse, en plus, tu as vu comment il est beau car plus ça allait moins je le regardais, c'est surement pour ça que je suis partie.
Mimi -oui peut être.
Sophie -mais tu en as profité, tu sais il m'a tout dis et je ne t'en veux pas.
Mimi -oui, c'est vrai, mais il a toujours refusé de me pénétrer.
Sophie -il me l'a dis et aussi que la pénétration m'était réservée, et toi tu en est ou avec Pascal ?
Mimi -je baise avec qui je veux, il va même chercher des hommes sur le net pour faire des trios.
Sophie -super pour toi, tu es heureuse donc.
Mimi -oui, mais toi tu me manques trop, j'espère qu'on va rester en contact et qu'on va se voir souvent.
Sophie -je vais avoir ma société, je vais être très occupé.
Mimi -oui, mais je t'emmènerai de la couture à faire et je mettrai des tenues pour te donner envie de moi, viens avec moi, je vais te montrer quelque chose.
Elle l'emmena dans sa chambre et comme elle avait mis une robe en jean avec des pressions, elle tira dessus et se retrouva les seins à l'air.
Mimi -ils te plaisent toujours et regardes comme je savais qu'à un moment dans la soirée, je m'isolerai avec toi, j'ai mis mon string en perles.
Sophie -oui, ils me plaisent toujours et je suis sur que tu est déjà trempée.
Mimi -t'as qu'a regarder toi-même.
Sophie -tu sais, je ne suis pas encore prête à recommencer tout ça, j'ai besoin de temps.
Mimi -touches au moins mes seins, fais-moi plaisir.
Sophie frissonna en les touchant car à peine, elle avait mis les mains dessus qu'une envie d'aller plus loin la prit.
Sophie -c'est du bonheur quand même tes seins, regardes comme ils sont durs.
Mimi -oui, plus durs que jamais dès que tu y touche.
Sophie -on ne peut pas ce soir, mais je vais te trouver du temps dès que je pourrai, promis.
Mimi -passes juste ta main sur ma chatte stp.
Sophie obtempéra.
Sophie -t'es inondée salope que tu es.
Mimi -moi, je suis prête à tout te donner de mon corps et dès que tu sera mieux, on t'attend ave Pascal pour faire notre fantasme.
Sophie -oui promis aussi.
Elles revinrent parmi nous, moi j'étais toujours avec Diane, mon tel bipa direct.
Sophie -tu vas me le payer cher Chéri.
Moi -on discute, rien de mal.
Sophie -oui, mais de quoi ?
Moi -de tout et de rien.
Sophie -oui de sexe aussi ,
Moi -de tout et de rien donc oui.
Sophie -grr grr et grr.
Il était 3h30 et Gérard nous quitta, Sophie n'aura rien ce soir, elle se sentait bien et je ne voulut la brusquer en rien.
Pascal et Claude étaient bien éméché, ils rigolaient fort, Sophie s'était blotti dans mes bras et me murmura.
Sophie -tu vois, Claude me plait mais je n'arrive pas à retrouver cette envie d'aller baiser ailleurs.
Moi -ca va revenir.
Sophie -par contre, tout à l'heure, Mimi m'a fait montré ses seins et là oui, j'en ai envie.
Moi -je pense que tu as l'appréhension de retourner avec un homme, mais dis toi bien que plus jamais tu ne seras seule, je serai toujours avec toi, et à compter de ce soir, je t'interdis de donner ta langue à un autre homme, cela me sera réservé.
Sophie -même si un jour, je baise à nouveau ?
Moi -tu peux baiser ans embrasser non !
Sophie -oui Chéri, je te promet, et si je fais avec une femme.
Moi -ce n'est pas pareil, avec une femme, je n'aurais pas l'impression d'être trompé.
Sophie -je pense que je vais faire la lesbienne avec Mimi, tu veux bien.
Moi -du moment que tu ne me quittes pas, je t'autorise et un jour on la partagera mais toujours sans pénétration, tu en penses quoi ?
Sophie -je suis certaine qu'avec le temps, cela se fera.
Voila, je suis de nouveau heureux avec Ma Sophie.
Avatar par defaut homme
fifou78250
 
Messages: 88
Inscription: Dim 21 Fév 2021 09:16
Situation: Homme
Département: Yvelines


Re: Sophie, Sophie, Sophie

Messagepar Moby » Sam 24 Avr 2021 07:22

Toujours aussi bien écrit et bandant ..
Avatar par defaut homme
Moby
 
Messages: 2244
Inscription: Lun 23 Aoû 2010 15:36
Situation: Homme
Département: Oise
Ville: IDF/PICARDIE
Membre certifier


Retourner vers Récits candaulistes

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités