tromperie

La première fois, les fois improvisés, les expériences candaulistes insolites que vous avez vécus, ou même vos fantasmes pas encore réalisés.

tromperie

Messagepar fifou78250 » Mar 20 Avr 2021 08:35

Bonjour à tous.
Voici la suite de mes retrouvaille avec Sophie et de tout ce qui en découle avec des hauts et des bas.
Moi -je vais à la douche.
Sophie -non, tu me donnes ce qu'il faut et je fais ton dos et tes fesses, dorénavant, je veux que tu sois parfait.
Sophie -voila c'est fait, à toi de faire le reste et tu ne mets qu'un string en sortant de la douche, je veux profiter de toi, j'ai du retard.
je fis ce qu'elle me demanda et quand je sortis de la douche, elle s'approcha de moi et m'embrassa.
Sophie -tu me plais comme ça avec juste un string sur toi et sans un poil, j'ai envie de toi.
Moi -vas-y, abuses de moi alors.
Elle n'avait sur elle qu'une nuisette noire sans rien en dessous.
Sophie -non, je veux être belle pour toi aussi, je vais me préparer et après on fait l'amour.
Sophie mit une bonne demi heure à se préparer.
En sortant de la salle de bains, waouh, qu'elle était belle.
Mini jupe noir ouverte devant sur le coté droit laissant apparaitre une partie de ses bas, veste noire sans rien en dessous mis à part son soutif et elle avait mis des talons hauts.
Sophie -je te plais ?
Moi -oh que oui, je vais te violer je crois.
Sophie -non, tu vas me prendre en me déshabillant doucement, en passant tes mains ou ta langue partout et tu vas me donner du plaisir comme jamais, tu as bien entendu ce que je viens te te dire.
Elle était debout devant moi et je ne savais pas par ou commencer.
Je le caressais partout dans tout les coins de son corps, lui enleva sa veste, elle n'avait pas un soutif mais un dresse seins rouge et noir magnifique, ses tétons était très durs et je les pinçait fortement, elle répondait par des gémissements, je les mis dans ma bouche et les lécha longuement et doucement.
Je fis glisser le zip de jupe et je découvris ma Sophie avec le porte jarretelle et les bas assortit au string et au dresse seins.
Moi -C'est magnifique Chérie, tu es toujours aussi belle.
Sophie -et attends mardi je vais chez le coiffeur.
Moi -serais un surprise ?
Sophie, je change de look.
On fis l'amour à ne plus s'en lasser, on s'embrassa je ne sais combien de fois et Sophie me donna un orgasme et serra les dents pour ne pas parler..
Sophie -à mon tour de m'occuper de toi, je vais te faire hurler de plaisir, je veux que tu me donnes tout. Elle me fit assoir dans le fauteuil, s'agenouilla et me suça très lentement, faisant monter mon plaisir.
Sophie tu aimes ça hein !
Moi -oui, cela fait 5 mois qu'elle t'attend et personne n'y a touché, je te le jure.
Sophie -elle a quand même bander pour Mimi.
Moi -oui, je ne peux le nier.
Sophie -alors, je vais te faire jouir et tout avaler, et parles-moi, je veux t'entendre, je veux que tu me donnes.
Je jouis en lui disant que je l'aimais et que je pouvais vivre sans elle, elle avala tout et vint me rouler un pelle.
Moi -quel délice de te faire l'amour.
Sophie -oui, je reprend gout à ça, je ne pensais pas que je tiendrai si longtemps sans.
Moi -y'a combien de temps .
Sophie -presque 2 mois.
Moi -ah quand même, je suis là maintenant, ce sera quand tu veux.
Sophie -je vais t'user Chéri, je suis en manque.
Moi -et fais-moi plaisir, reste dans cette tenue jusqu'à ce soir, je suis fan de tes dessous, rarement vu aussi beau.
Sophie -pas d'essayage alors.
Moi -non, tu en mettras une différente tout les jours, bouges pas, j'ai un cadeau pour toi.
Je me leva et en revenant, je lui dis fermé les yeux.
Moi -tends ta main, vas-y ouvres tes yeux, bienvenue de nouveau chez toi.
Je lui avait donné un trousseau de clefs de la maison, elle me sauta au cou et m'embrassa.
Sophie -tu es merveilleux, je t'aime.
Moi -tu vois, ca y est, tu ne doutes plus de ton amour.
Sophie -j'ai aussi un cadeau pour toi.
Elle revint avec une chemise blanche avec col et poignet bleu ciel.
Moi -waouh, magnifique.
Sophie -je veux que tu sois tout les jours beau gosse, que tu me fasse craquer et tu auras encore 2 cadeaux cette semaine.
Moi -toi comme cadeau, cela me suffit, au fait, faut que j'aille chercher ma voiture si je veux bosser demain, tu m'emmènes ?
Sophie -je t'emmènerais demain matin, je ne veux voir personne pour le moment, juste toi.
Moi -cela va te faire lever tôt Chérie.
Sophie -pas grave, j'ai la journée pour me reposer.
Mon téléphone sonna, c'était Gérard qui venait aux nouvelles, je lui expliqua tout et me dis 10 fois, je suis trop content pour vous.Moi -Gérard te fais un bisou.
Sophie -cool.
Moi -tu sais tout nos amis m'avaient dis que tu reviendrais, Gégé m'avait même dis, si cela dure plus de 6 mois, alors refais ta vie et qu'en général, les femmes libertines qui quittent leurs maris reviennent 9 fois sur 10.
Sophie- le voix de la sagesse ce Gérard, tu as faim, moi oui.
Moi -non pas trop.
Sophie -va falloir manger, je ne veux pas que tu sois trop maigre quand même.
Moi -t'inquiètes pas, mon estomac s'est habitué à ne pas trop manger.
Elle se fit un sandwich et moi je bus un café.
Sophie -j'ai encore envie de faire l'amour, je suis insatiable.
Moi -viens, je vais te faire orgasmer et je ne veux pas que tu serres les dents, parles en orgasmant.
Sophie -je ne peux pas, j'ai peur de dire des conneries tellement c'est fort.
Moi -tant que tu ne parles pas de l'autre ours.
Sophie -justement, c'est pour ça que je serres les dents, pour ne pas parler de lui, tu sais, c'est dur à effacer de ma mémoire, la blessure est encore grande ouverte même si toi, tu la refermes petit à petit.
Moi -serres les dents dans ces cas là, ce qui me gêne, c'est que tu pense à lui quand tu es avec moi.
Sophie -tu sais, c'était un sale con, par contre, voila comment il me baisait et regardes, ça te fait bander quand je te dis ça, c'est vrai, tu n'as pas changer.
Moi -je n'y peu rien, j'ai toujours aimé que l'on te baise et je n'ai pas changé et tu sais tes mots de l'époque sont gravés dans ma mémoire à jamais, mais paroles d'Olivier, je vais te le faire oublier.
Sophie -oui, je pense, tu en a l'envie et je suis prête à tout te donner.
Moi -alors viens me donner ton corps que j'en abuse, je vais te faire morfler.
Elle se donna encore à moi, mais elle serra encore les dents au moment de l'orgasme, comment allais-je faire pour qu'elle l'oublie à jamais.
Le lendemain, elle m'emmena chercher ma voiture mais me laissa dans la rue d'à côté, elle ne voulait voir personne pour le moment.
Le soir en rentrant, se tenue était légère mais elle me plaisait bien.
Des tongs dorées, un legging blanc et une tunique juste assez longue pour cacher ses fesses.
Moi -cela te va bien Chérie même si je suis pas habitué à te voir habillée ainsi.
Sophie -je te l'ai dis, je change un peu de look.
Moi -lèves ta tunique pour voir.
Elle avait mis un string blanc sans dentelle qui remontait sur les cotés plus haut que son legging, je l'enlaça et l'embrassa.
Sophie -ca te plais .
Moi -oui, j'aime bien même si quand on est tout les deux, je trouve la tunique un peu longue.
Sophie -le prochaine fois, je mettrai quelque chose de plus court et toi à compter de demain, c'est string tout les jours, tu dois me provoquer tout le temps.
Moi -il faut que j'en rachète alors.
Sophie -non, je m'en occupe.
Moi -si tu veux, mais c'est moi qui paye.
Sophie -hors de question.
Moi -tu m'énerves par moment.
Sophie -et demain, tu vas retrouver une femme différente en rentrant.
Moi -hum, hum.
Sophie -j'ai aussi oublier de te dire que je veux un orgasme au minimum tout les deux jours.
Moi -je vais t'en donner un ce soir alors.
Sophie avait bien changé, la maison était propre, le linge lavé et repassé et elle ne bougeait pratiquement pas de la maison.
Quand je rentrais le lendemain, Sophie m'attendait assise sur l'accoudoir du canapé, elle s'était fait des mèches blondes et raccourci ses cheveux, de plus, elle avait endossé un robe moulante rouge, dos nu attachée derrière le cou.
Moi -alors là, je reste baba devant tant de beauté.
Elle se leva, bas rouge et escarpins rouge, elle se leva et m'embrassa tendrement, je passais mes mains partout bien sur.
Moi -tu me plais toujours un peu plus tout les jours.
Sophie -toi aussi, tu me plais beaucoup, je te veux entièrement, que tu sois à moi.
Moi -je suis à toi déjà.
Sophie -oui mais je veux plus encore.
Moi -je ne sais pas commet alors.
Sophie -fais-moi l'amour tout les jours, fais moi redevenir celle que j'étais.
Moi -tu veux libertiner de nouveaux ?
Sophie -je ne sais pas encore mais cela se précise dans ma tête, tu veux toujours toi ?
Moi -oui, bien sur, mais tu n'iras nulle part sans moi, je veux être là quand tu baiseras.
Sophie -alors, viens me faire l'amour et forces-moi à donner pour un autre homme.
On fis l'amour comme des fous et je forças Sophie à orgasmer pour Gérard, elle me disait que sera le 1er à la baiser le jour ou elle recommencera à baiser.
Ce soir là, je la sodomisa pour la 1ere fois,(je laissais ça aux autres hommes car je n'étais pas fana), et elle prit un pied immense.
Sophie -dis donc, tu sais me faire plaisir, y'a longtemps qu'on ne m'avais pas prise ainsi, va falloir que je te surveille, tu deviens un super amant.
Moi -tu sais bien que il n'y à que toi qui compte.
3 semaines se passèrent et nous filions le parfait amour, cela était trop beau pour que ca dure.
Je rentrais un soir comme d'habitude et pas de Sophie à la maison.
J'envoya un texto, pas de réponse, j'appelais, sur répondeur, oh non, cela n'allait pas recommencer.
Elle rentra à plus de 2 heures du matin et légèrement éméchée.
moi (en hurlant) -t'étais ou ?
Sophie -laisses-moi t'expliquer au lieu de hurler.
Moi -t'a pas besoin de m'expliquer, je me doute d'où tu étais et avec qui, tu as vu comment t'es habillée, ce n'est pas pour faire les magasins, ni pour aller à la messe.
Sophie -si je ne peux rien dire, je vais me coucher.
Moi -oui c'est mieux.
Elle alla se coucher et moi, je me mis dans le canapé avec un plaid.
Elle revint 30 minutes plus tard juste en string et les seins à l'air.
Sophie -tu ne dors pas avec moi ?
Moi -ça se voit non !
Sophie -et pourquoi, je ne te fais plus envie ?
Moi -cela n'a rien à voir.
Sophie -tu veux savoir ou j'étais ou pas ?
Moi -je m'en fous, vis ta vie mais ne gâches pas la mienne, 1 mois et demi de bonheur, c'est trop pour toi, pour moi, ce n'est pas assez.
Sophie -mais je veux notre bonheur.
Moi -et ti disparait comme ça sans répondre ni à mes textos, ni à mes appels, tu sais ce que cela me rappelle non !
Sophie -oui, j'aurais du te répondre, pardon.
Moi -si un pardon va suffire à chaque fois que tu fais une connerie, je ne pense pas que ça va le faire.
Sophie -donc, tu ne veux pas savoir.
Moi -non, cela ne m'intéresse pas, et il faut que je dorme demain, je bosse.
Sophie -ok, bonne nit et elle me fit un bise sur la joue malgré tout.
Au réveil, Sophie n'était pas debout, elle qui depuis qu'elle était revenue se levait tout les matins pour boire un café et profiter de moi qu'elle disait.
Je partit au boulot très mal à l'aise et je pensais toute la journée à ce qu'elle avait bien pu faire la veille.
Je lui envoya un texto pour lui dire que je voulais bien écouter ce qu'elle avait à me dire.
Elle répondis, je t'attend avec impatience, je vais me faire belle pour toi, je t'aime mon Amour.
Cela me faisait du bien de lire ça et en rentrant je m'arrêtais lui acheter des roses rouges.
En rentrant.
Moi -tiens c'est pour toi.
Sophie -merci Chéri, elles sont magnifiques.
Bien sur, elle s'était fait très belle, robe noire moulante très courte, ses dessous rouge et noirs avec le porte jarretelle et elle avait mis ses cuissardes.
Moi -tu es à croquer comme ça.
Sophie -mets-toi dans ton fauteuil, j'ouvre une bouteille de champagne et je t'explique, ca te va.
Moi oui.
Elle vint s'assoir sur moi.
Je pensais cela doit être grave pour qu'elle fasse autant de gentillesse.
Moi -je t'écoute.
Sophie -tu m'écoute et tu ne m'interromps pas, tu poseras tes questions après. Hier matin, j'ai reçus un texto d'un numéro inconnu qui me disait bonjour Sophie, je répondis bonjour c'est qui ? c'est Philippe, je voudrais te voir car on refait une société et on voudrais savoir si tu voulais en faire partie.
Sophie -non, merci, j'ai déjà donné avec vous, j'ai réussi a refaire ma vie avec mon mari et je ne veux plus rien gâcher.
Philippe -rejoins-nous pour qu'au moins tu ais une idée de ce que l'on veux faire, on es dans un café place de l'Opéra, on t'attend.
Sophie -tu avec qui ?
Philippe -Léa et Bruno qui sont montés du sud et ils repartent par le train de 21 heures, tu vois, tu as le temps.
Sophie -l'autre ordure n'est pas là j'espère.
Philippe -non.
Sophie -ok, je me change et j'arrive
Philippe -super.
J'allais dire quelque chose mais Sophie me fit un chut avec son doigt, me prit la main et la posa sur ses seins.
Sophie -pendant que je parle caresse-moi, j'ai envie de toi.
Sophie me dis qu'une heure plus tard, elle était à Paris et qu'elle avais garé sa voiture dans un parking souterrain, il était presque 13 heures.
Ils étaient tout les 3 en terrasse avec une pile de dossier sur la table. Je leur fit la bise, m'installa et Philippe m'expliqua les grandes lignes de son projet pendant près de 2 heures
Philippe -tu en penses quoi ?
Sophie -beau projet, mais cela ne m'intéresse pas, je reste avec mon mari.
Léa -on a besoin de toi et de talent d'interlocutrice pour la clientèle.
Sophie -ce n'est pas du talent, c'est faire la pute et tout cela, c'est fini pour moi, je suis heureuse et je ne veux pas reperdre mon mari à cause de toute ses conneries.
Philippe -c'est ton dernier mot
Sophie -oui, ferme et définitif.
Philippe -dans ce cas là, je sors mon joker.
Il téléphone et 2 minutes plus tard, Thierry arriva.
Il me fit la bise et bien sur s'installa à côté de moi.
J'allais encore parler mais Sophie me dis de la caresser et de me taire.
Tu te doutes bien Chéri que cela me perturba de le voir et lui aussi insista pour que je les rejoigne dans leur projet mais je restais stoïque et refusais.
Et à force de parler, je sentis sa main se mettre sur ma cuisse, je la retira bien sur mais il revint à la charge 10 minutes plus tard, j'enlevais encore sa main puis mon tel bipa, encore un numéro inconnu, c'était Thierry qui me disait qu'il savait que je mourrais d'envie de baiser avec lui et qu'il était libre dès que les sudistes repartaient.
Je répondis arrêtes de rêver et rejoins ta femme. Jai divorcé depuis, je suis libre comme l'air.
Sophie - toi mais pas moi, je vis avec mon mari.
Thierry -ah oui le cocu.
Sophie -ne parles pas de lui comme ça, il en faut dix comme toi pour lui arriver à la cheville.
Thierry -baisons une dernière fois en guise d'adieu.
Sophie -jamais.
Thierry - dommage, je t'aurais bien fait vibrer une dernière fois.
Sophie -bah branles-toi en pensant à moi, cela va te passer.
Je me leva, leur dis au revoir et partit, il était 18h30.
J'étais à Paris et je savais que je rentrerai après toi quoiqu'il arrive donc je décidais de passer par Pigalle et passer au sex-shop pour trouver encore des choses pour nous exciter, tu verras plus tard ce que j'ai trouvé.
J'avais faim donc je m'attablas à une brasserie, commanda une coupe et à manger, tout ça en terrasse.
Moins de 5 minutes plus tard, qui s'attable à ma table, Thierry, il m'avait suivi.
Sophie -je ne t'ai pas invité que je sache.
Thierry -pas besoin que tu m'invites.
Sophie -barres-toi ou j'appelle les flics.
J'étais scotché à son histoire et j'avais une grosse appréhension pour la suite. Sophie me repris en me disant de continuer à la caresser et qu'elle avait besoin de sentir mes mains sur elle.
Thierry -tu ne vas pas refuser de boire une coupe avec moi quand même
Sophie -j'ai pas besoin de toi pour m'offrir une coupe.
Thierry -je sais mais j'ai envie de parler avec toi comme 2 amis.
Sophie -il est beau l'ami, il refuse de divorcer quand je suis en couple avec lui et 5 mois après il a divorcé.
Thierry -oui, elle avait quelqu'un d'autre et elle m'a quitté.
Sophie -bien fait pour ta gueule, c'est tout ce que tu méritait.
Il commanda un bouteille de champagne et remplit mon verre et avec celles que j'avais bu depuis 13 heures, cela commençait à faire beaucoup.
Thierry -je connais ton point faible, ce sont les bulles, tu n'as jamais su dire non à une coupe.
Sophie -fais gaffes, tu pourrai la prendre dans la gueule ma coupe.
Thierry -mais non, je sais que tu ne le feras pas, je te plais toujours, je le vois dans tes yeux.
Sophie -tu as tout faux.
Thierry -non, je te connais un peu, en insistant un peu, tu ne pourra pas dire non à ma queue.
Sophie -c'est le seul avantage que tu as, tu baises bien, sinon dans la vie, t'es un zéro.
Thierry- -alors, dinons, je prend un hôtel et je te baise toute la nuit.
Sophie -jamais, tu ne me touchera plus.
Thierry -on verra, je vais te chauffer et tu finiras dans mes bras comme avant.
Il me resservit et je n'ai pas su dire non car je te l'avoue Chéri, il me plait toujours.
On vida ne première bouteille puis une deuxième et je décida de rentrer, il était 23h30.
Je me leva, voulut payer mais il refusa et je partit à ma voiture dans le parking souterrain. J'ouvris ma voiture, et qui était garé a côté de moi, lui bien sur, il était assis au volant, la fenêtre ouverte et sa queue à la main.
Thierry -regardes ma belle queue, oses dire que tu n'en a pas envie, en plus, elle est bien raide, pour me le montrer, il la tapa sur le volant.
Thierry -allez viens c'est ouvert côté passager, tu en meurs d'envie.
Et là, j'ai craqué Chéri, je suis allé côté passager et à peine dans la voiture, je l'ai sucé, et ensuite, il m'a pris comme un pte sur le capot de la voiture, il a fini par éjaculer sur mes fesses. comme tu veux la vérité et que je ne veux pas te mentir, j'ai aimé ça.
Ensuite, il est parti en me disant, on va se revoir, t'inquiètes pas, tu aimes trop ma bite.
Je suis resté 10 minutes assise dans ma voiture, suis ressortie et j'ai appelé un taxi pour rentrer, voila, tu sais tout.
Moi -c'est dur à entendre, ce qui me rassure, c'st que tu es rentré, la 2eme question, as-tu envie de le revoir ?
Sophie -oui, mais juste pour qu'il me baise, je ne l'aime plus mais je te l'ai dit, il me baise bien.
Moi -tu sais que j'ai réponse à tout, mais là, je ne sais pas quoi te dire. par contre je veux vérifier un chose, lève-toi.
Je passa ma main sur son string, elle était trempée.
Moi -je ne peux pas lutter avec lui, tu es trempée rien que d'en parler, que puis-je faire, je ne sais pas.
Sophie -je suis triste autant que toi, rassures-toi, je présume que tu n'a plus envie de faire l'amour.
Moi -pas vraiment, non, j'aurai cru que tu aurais résisté pourtant, je pense que l'alcool a précipité les choses.
Sophie -c'est même sur, en tout cas, j'ai refuse de les rejoindre dans leur projet.
Moi -ça, c'est un plus pour moi, et si tu changeais de numéro de téléphone ?
Sophie -il a mon adresse, c'est pareil.
Moi -alors, cela va me couter de l'argent, mais on va lui faire peur en lui envoyant des mecs.
Sophie -oui Chéri, je veux être heureuse avec toi, avec personne d'autre.
Moi -en revanche, pour le libertinage, je pense que tu n'est pas encore prête.
Sophie -je t'ai toi pour le moment.
Moi -le preuve que je ne suffit pas.
Sophie- fais-moi l'amour stp.
Moi -tu es excitée de penser à ça.
Sophie -oui, viens me calmer, fais -moi encore et encore te donner, j'ai mis les dessous que tu aimes et je fais ma chatte toute lisse pour toi.
Elle enleva sa robe;
Sophie -tiens, regardes.
elle prit ses seins à pleines mains, fit durcir les bouts et me les mit dans la bouche.
Sophie -hum, vas-y, lèches-moi.
Je bandais.
Sophie -cela te fais bander aussi, alors, je vais orgasmer sans serrer les dents, pour que tu bandes encore plus dur.
Elle se mit sur le canapé, écarta ses jambes et commença à se caresser juste en écartant son string.
Sophie -regardes mon clito t'attend et ma chatte est inondée d'envie, viens me bouffer.
J'obéis et 2 minutes après elle orgasma. je vous donne ses parole en orgasmant.
Hum, il m' a bien baiser avec sa grosse queue, j'aurai voulu que tu me voit me faire prendre come un pute sur le capot, je le veux encore Chéri, je veux qu'il me baise.
Sophie -je ne t'ai pas blesser par mes paroles, en tout cas, ce fut un énorme orgasme.
Moi -j'aime que tu me donnes, dommage que c'est en pensant à lui;
Sophie -ca va passer, je ne le verrai plus et tu vas me donner d'autres amants.
Moi -oui, je vais tout faire pour qu'il passe aux oubliettes, tu veux que je te prennes.
Sophie -oui, prends-moi toi aussi comme une pute, comme ta pute.
Je la prit en levrette et je la limât avec violence et avant de jouir, je la fis s'agenouiller et lui éjacula sur le visage en l'insultant de pute, salope trainée etc.. et que maintenant elle avait intérêt à avaler tout mon sperm. elle s'exécuta et avale tout jusqu'à la dernière goutte.
Sophie -je t'aime de plus en plus fort.
Moi -tu mérites une punition pour ce que tu as fait non !
Sophie -oui, punis-moi.
Moi -je vais aller bouffer les seins à Mimi et tu m'attendras ici en sachant ce que je vais aller faire.
Sophie -oh non, je ne veux pas te partager.
Moi -tu n'as plus le choix maintenant, et en plus, tu choisiras quel string je mettrai. m'autorises-tu à me faire sucer par elle ?
Sophie -non non et non.
Moi -accordé, mais je vais lui montrer mon string, je veux que tu sois jalouse.
Sophie -je pense que cette punition va me calmer, et m'exciter en même temps, je vais me doigter devant toi et jouir pour toi Chéri.
Voila, je retrouvais ma Sophie mais elle n'était pas encore guérie, je devais la canaliser encore plus.
Avatar par defaut homme
fifou78250
 
Messages: 90
Inscription: Dim 21 Fév 2021 09:16
Situation: Homme
Département: Yvelines


Retourner vers Récits candaulistes

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message
  • ma 1er tromperie
    par Exhibsarthois » Lun 23 Aoû 2010 15:44
    5 Réponses
    4914 Vus
    Dernier message par LynXSoul Voir le dernier message
    Dim 25 Déc 2011 18:14
  • tromperie (suite)
    par Exhibsarthois » Mer 29 Sep 2010 10:35
    1 Réponses
    3572 Vus
    Dernier message par Chayenne Voir le dernier message
    Sam 24 Déc 2011 17:44

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités